Jamais sans mon nom (de jeune fille)

Ca faisait longtemps qu’on (entendre par ON l’administration sous différentes formes, toutes nuisibles) ne m’avait pas gonflé avec ça. Mon nom de jeune de fille.

(Et je ne suis pas la seule.)

Il est établi que je suis née La Loute. Et je vais mourir La Loute (comme me l’a gentiment fait rappeler l’Héritier hier soir « tu sais Maman quand je serais grand, j’aurais plus de papa ni de maman » / « mais pourquoi mon chéri ? » / « mais parce que vous serez morts« . Merci mon grand !).

En attendant, pour un tas de bonnes raisons sur lesquelles je ne m’épancherais pas ici (un peu de pudeur ne nuit pas parfois), je suis devenue la femme de L’Epoux. En 2004. Avec donc la POSSIBILITÉ de porter son nom. Mais en ce qui me concerne, en ayant deux choses en tête : je garde mon nom de jeune fille ET nos enfants porteront nos deux noms de famille. Je tiens bon depuis 6 ans. Auprès de la banque, de la CAF, de mon employeur, et autres gratte-papiers je reste La Loute. L’Hériter s’appelle L’Epoux-La Loute, et il en sera de même pour la Dauphine (inch’allah) dans quelques semaines. C’est long mais on s’en fout. Ils ont / auront des prénoms courts.

Las, à chaque fois que je dois me frotter d’un peu (trop) près à l’administration, le bras de fer s’enclenche, je dois ramer comme un galérien pour justifier de ce nom. En ce moment, double bras de fer :

:: auprès de l’administration de l’hôpital où je vais accoucher, qui ne veut pas entendre autre chose que mon nom de femme mariée, alors que TOUTE ma paperasse est à mon nom de jeune fille (Carte Vitale, carte de groupe sanguin, etc.) Il semblerait même que l’anesthésiste me demande très bientôt de refaire ma carte de groupe sanguin (et donc les prélèvements qui vont avec), car la carte (que j’avais déjà en 2007 pour la naissance de l’Héritier soit dit en passant) est sous La Loute.

(Peut être même qu’il me privera de péridurale si je fais trop la vilaine avec ça, qui sait …)

:: auprès de l’administration bancaire, auprès de laquelle je souscris un prêt (sous mon seul nom, et pas du tout celui de mon mari), qui considère que tout doit être à mon nom de femme mariée aussi. « Parce que c’est comme ça » qu’elle m’a dit ma copine la banquière.

Je ne sais pas quelle pièce / texte de loi / argument leur opposer. Même si j’ai trouvé quelques références légales (je me vois bien me pointer avec des articles du code civil, ou un article de Maître Eolas à la banque ou le jour de mon accouchement à l’hosto). Car il semblerait que j’ai commis au moins une erreur : celle de refaire ma carte d’identité avec mon nom de femme mariée, alors qu’on peut faire sans, comme Olympe. Difficile effectivement d’en faire fi (ce qui n’est pas dans mon intention, je suis tout à fait RAVIE d’être Mme L’Epoux AUSSI. Mais pas que.)

En attendant, des fois, la tentation est grande de baisser les bras, à se dire que l’on dépense beaucoup (trop) d’énergie pour des combats d’arrière garde. Il reste que je trouve ça tellement inepte de devoir renoncer à un nom qui reste mon patronyme, de ma naissance à ma mort, que je ne vois pas pourquoi ça serait à moi de céder.

Bordel.

(Quoi je suis pusillanime ?)

20 réponses sur “Jamais sans mon nom (de jeune fille)”

  1. J’ai bossé dans tout un tas d’administration, y compris la sécu (j’te montrerai mon CV un de ces 4, tiens ! AH :D) et c’est vrai, clairement, les femmes mariés qui gardent leurs noms de jeunes filles ou tout autre cas sortant un peu de la « norme », c’est SUPER mal vu.

    Et le pire c’est que c’est super débile… parce qu’en fait, c’est juste que leurs systèmes informatique de merde (qui ont tous 15 ans de retard à peu près) sont pas adaptés aux situations disons modernes. En gros « dans l’ordinateur » si tu coches femme mariée et que tu renseigne qu’un nom, ça fout la merde. (je schématise, en vrai des cases t’en a partout c’est une horreur)
    Au final, faut que TOI tu rentres dans les petites cases, sinon ça fait chier les techniciens liquidateurs (petit nom qu’on donne aux agents de la caf et la sécu qui te filent de sous) tu ébranles tout un système, toute ta paperasse disparait comme par enchantement et tu créé une faille spacio-temporelle pouvant affecter le cours de l’histoire. (si si, au moins).

    Voilà donc pourquoi on te fait chier avec un détail à la con sans vraiment t’expliquer pourquoi…. parce que c’est COMME ÇA ! 🙂

  2. Et l’Epoux ne voit aucun inconvénient à ce que tu ne portes pas son nom ?!

    J’ai toujours du mal avec les titres type Madame Raymond Duchmol…

  3. Et en retour quel est leur argument juridique pour t’imposer de mettre le nom L’Epoux dans la case, alors que tous tes papiers sont au nom de Laloute ? Perso je verrais plus les choses comme ça, c’est pas à toi de te justifier.

    En tout cas je te soutiens totalement dans ta démarche (et ça te fait une belle jambe 🙂 )

  4. Je suis comme toi et je me suis faite « avoir » un peu de la même façon : quand je suis allée refaire ma CNI (parce qu’elle était périmée) j’ai rempli la case nom d’épouse parce que j’ai naïvement cru que c’était obligatoire de renseigner le nom du conjoint (ce qui est idiot finalement parce qu’à un homme on ne lui demande jamais le nom de son épouse)
    Donc faisons le savoir : on ne remplit pas la case nom d’épouse si on ne l’utilise pas ce nom !
    Ceci-dit je n’ai jamais été ennuyée pour prouver mon identité, je précise simplement « c’est un nom d’usage, dont je n’use pas » et comme les 2 noms figurent sur ma CNI y a pas de souci. Ce qui est drôle c’est que les impôts ont conservé mon nom sur les avis d’imposition par contre sur la déclaration pré-remplie c’est toujours M. et Mme Homme, bref, ils ne se foulent pas…

  5. Oulala ! Il est temps que vous retourniez bosser un peu, Mme L’Epoux ! ^^

    Et tu n’as jamais souhaité prendre comme nom d’usage Mme LaLoute-L’Epoux (ou Mme Lépoulaloute d’ailleurs) ?
    Ne baisse pas les bras : arrête simplement de fréquenter les administrations ! (ok je sors)

  6. Je te soutiens aussi !! Je ne suis pas mariée mais pacsée avec mon homme donc je garde mon nom et si au pire un jour on se mariait (à la st glin glin…) il serait hors de question pour moi de porter le même nom que ma belle-mère !!! Comme tu le dis je suis née avec un nom et je mourrai avec (rien à voir avec l’amour que je porte à mon homme)
    De toute façon, quand il s’agit de faire chier pour quoique ce soit, l’administration c’est quand même le summum !!

  7. Viens au Québec: ici, tout le monde utilise son nom de naissance, marié ou pas. C’est la règle pour l’administration. Si tu utilises le nom de ton époux, tu auras l’air d’être sous la coupe d’un macho de minorité visible. L’inverse quoi.

    Pour le nom de famille de l’enfant, si les parents ont déjà eux-mêmes un nom composé du nom de leurs deux parents cela donne 14 possibilités:
    http://www.barreau.qc.ca/quebec/4/2/4_2_7.asp
    J’en connais qui se sont fait raboter leur double nom (choix déchirant: je coupe maman ou papa?). Quand c’est trop long, c’est parfois lourd à porter/épeler. Dans votre cas, ça sonne plutôt bien. 😉

  8. Ce que je comprends d’après ton mail et les commentaires c’est que je suis pas prête d’avoir ma date de congés mat’… je comprends mieux les nombreuses correspondances avec la sécu pour envoyer moultes papiers (jamais les mêmes bien sûr, ce serait trop simple de tout demander en une fois) justifiant mon statut de femme mariée alors que ma carte vitale est à mon nom de jeune fille…

  9. Ah ah !
    « Le mariage, un combat d’arrière garde » ..
    Pas pour tout le monde !!

    D’un coté, j’aimerais que tu ais raison,
    d’un autre coté, je vois tout ce à quoi on échappe.. 🙂

  10. C’est complètement con puisque juridiquement, tu gardes ton nom de jeune fille (déjà, rien que le terme est bien nul mais bon). Prendre le nom de l’époux est une possibilité d’usage, uniquement.
    Mais si c’est une question de logiciel informatique alors là, que dire… Peut-on lutter contre de tels arguments? J’en viens à penser qu’on ne peut pas accorder le mariage aux couples homosexuels pour des raisons informatiques.
    Les cases sont au dessus des lois, que veux tu.

  11. Quand même tu te complique la vie.

    Je comprends qu’on reste attaché à son nom de naissance, je l’aimais bien moi aussi, mais le mec des impôts ils s’en fou de mon nom de naissance, et moi je m’en balance aussi qu’il voit que je tiens ou non à mon nom de jeune fille.

    Pour moi le problème c’est posé dans un autre sens: j’adore mon Papa, j’étais heureuse de porter son nom, sauf qu’il est imprononçable!!

    à chaque rentrée des classes, j’étais la seule élève qu’on appelait direct par son prénom alors que les profs faisaient l’appel par les noms de famille. Ca ne m’a jamais dérangé, plutôt amusé même, mais bon, le nom de zhom est plus simple, je ne suis pas fan des noms composés: trop long à mon goût et on fini toujours par couper le 2e (tu me dira si les prof disent le nom entier par la suite, mais ça m’étonnerai)

    bref lasse d’épeler par 3 fois mon nom, 2 lettres par 2 lettres chaque fois que je le donnais, et on le donne souvent finalement!

    J’ai choisi la simplification en prenant le nom de zhom, et je ne me sens, Dieu Merci, pas comme ma belle-mère, je ne me considère pas nonplus comme sa fille: Je reste le fille de mon Papa et ma Maman et c’est tout!

  12. Je te souhaite bon courage, ce genre de situations me mettent dans une rage folle !! C’est pourtant basique, non ? On a UN nom, pourquoi devrait-on le changer pour un homme ???

  13. Votre soutien me fait chaud au coeur (mise à part Lolytis, mais elle compte pas, elle avait 1 nom à coucher dehors de se marier).

    Encore une fois, je raisonne pas « contre » l’Epoux (qui lui s’en bat l’oeil que je porte ou non son nom, c’est pas là qu’il met sa fierté d’Epoux). C’est juste que c’est MON NOM et que je ne vois pas quel USAGE (et non texte de loi) machiste m’obligerait à en faire autrement. Surtout si c’est pour satisfaire l’obsession informatisée d’une administration quelconque.

    @ erwan : le « combat d’arrière garde », c’est bien celui pour garde mon nom. Le mariage, pour moi reste un acte civil et social majeur, auquel je tiens beaucoup beaucoup. Et je te souhaite de pouvoir y accéder très vite !

  14. En Belgique, chez les femmes de la jeune génération (40 et moins), je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de femmes qui portent encore le nom de leur mari. Si le sexisme est loin d’être mort, pour l’administration etc., vous êtes et restez Madame Nom-reçu-à-la-naissance. Ouf. Déjà ça qu’on doit plus surveiller de trop près…

  15. bravo pour cet article que je ne saurais trop approuver. pour répondre au premier commentaire, oui, c’est un problème de logiciel informatique, mais même il y a quinze ans, on avait les mêmes droits à notre nom le seul l’unique ! c’est juste que penser l’égalité femmes hommes pour les concepteurs de logiciels (à l’époque il avaient pas bôcoup de femmes avec eux les informaticiens…) c’est d’une autre planète, comme pour un max de monde dans la société. c’est avant tout une question de volonté d’y penser Parce que ça demande un pitit effort..

  16. Dans le famille « bug informatique », c’est pareil pour les mutuelles de couples pacsés :
    la règle dit que « quand un numéro d’assuré social commence par « 1 » (mâle), ALORS le numéro de l’assuré social du conjoint DOIT commencer par un « 2 »(femelle). »
    Impossible de contourner cette règle.
    Du coup, ils ont mis « 1A » et « 1B ».

  17. Ma soeur et moi menons le même combat, ce que tu as écrit me parle beaucoup. Je suis très contente que la secrétaire de la toute petite mairie de la ville où on s’est mariées ait été très au courant de ces questions…
    Je me fiche bien de galérer une banque ou autre administration, c’est suffisamment important pour moi.
    Qu’est-ce que ça peut m’énerver ce truc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.