Ma grande enquête de la semaine

Hier et aujourd’hui, à l’école de l’Héritier, les parents d’élèves étaient mobilisés pour organiser un « goûter des cultures« . C’est à dire accueillir dans le gymnase, par grappes de 15 affamés (je soupçonne des parents de TRES mal nourrir leurs enfants, pour qu’ils se précipitent ainsi sur des olives aux anchois à 9 h 30 du matin), les 11 classes de maternelle, autour de spécialités de notre pays ou région d’origine.

Nous concernant, connaissant la forte population algérienne du quartier (je me suis pas trompée, leur stand était le plus grand de tous), on s’est dit qu’on allait faire plus exotique, et avons proposé un stand Espagne. Olé.

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer mon stand. C’est moi qui l’ai fait !

stand 1

C’est ça d’être en congés maternité, il te prend des idées aussi sottes que grenues que de fader les chiards des autres aux heures ouvrables. Mais bon, c’est pour faire plaisir à l’enfant, qu’il soit fier de son pôpa et de sa môman et que ces derniers s’impliquent dans la vie de quartier / de l’école. Perso je suis en l’occurrence assez fière de mon ibère de mari, puisqu’il a été le seul exemplaire mâle à se présenter pendant les deux jours, hors un papa mexicano américain qui m’a gavé de tortillas pendant deux jours (et qui a eu l’air assez estomaqué quand je lui ai dit qu’en France c’était INTERDIT de mettre des caméras chez soi pour espionner la nounou. « Et comment vous faites pour savoir si elle s’occupe bien des enfants ? » / « On vérifie ses références, et après on vérifie que l’enfant est bien portant le soir, et on fait CONFIANCE ». Il avait l’air moyen convaincu)

Alors le truc qui est sympa pendant ces journées (faut positiver), c’est de pouvoir à loisir observer vos congénères, et vous comparer à eux.

Bon, bien sur c’est d’abord subir les mamans exemplaires qui font des trucs trop bien avec leurs enfants pour leur éveil (musique, danse, et ce dès 3 ans) alors que vous vous contentez de les suivre au parc en traînant la patte. Mais c’est aussi se rendre compte que contrairement à celles là, vous ressemblez encore à peu près à une femme (nanananèère), même deux mois après votre accouchement, là où leurs tâches maternelles et maternantes semblent leur avoir ôté tout goût de l’habillement, du maquillage (ou ne serait ce que de camouflage des bourrelets) et toute aptitude à une conversation qui ne porterait pas sur les enfants (au secours). Heureusement pour moi, malgré de grosses carences conversationnelles (c’était l’Epoux qui avait préparé les plats, et je suis bien incapable de causer plus de 2 minutes de cuisine), j’avais avec moi un atout maître : la Dauphine. On a pu faire des areuuuuh en toute connivence, évidemment (faut dire que la bête s’y prête, elle est à croquer, sans déc). En plus, c’est un deuxième enfant, autant dire celui qui t’apporte le respect de tes pairs mères. Car il faut le savoir, le 1er peut être juste un accident ou un one shot, c’est visiblement moins admirable, là ou le 2ème confirme ton implication réelle et sérieuse dans la maternitude. Et ouééé.

Mais bon, en dehors des concours de mamans exemplaires dont je me sentais un peu hors course (catégorie handicapée de la poêle et du fourneau, et légèrement attardée de l’éveil artistique et sportif), le truc qui me fait bicher, c’est de regarder évoluer les enfants des autres. Car 1. je n’aime pas les enfants, et j’aime à me vautrer dans mes certitudes en les regardant s’ébrouer en milieu naturel (les enseignants devraient tous gagner 10 fois ce qu’ils gagnent pour subir ce qu’ils subissent à longueur de journée) et 2. c’est toujours réconfortant de voir que le sien (d’enfant) est quand même vachement plus chouette que ceux des autres.

Ce matin, dans le flot des gnomes qui a déferlé sur mon stand (dévalisé en olives, tortilla et turron de 8h à 11h non stop, j’en ai même chopé un qui sniffait le piment qui avait été placé pour la déco), j’entendais des récalcitrants, perturbateurs et autres casses couilles (des garçons à 90%, comme de bien entendu) se faire rappeler à l’ordre par leur enseignante. Les prénoms fusaient : Amine, Amir, Pablo, Quentin, Martin, Esteban, que des petits couillus qui n’en faisaient qu’à leur tête… Quand soudain, j’entendis un joli petit brun se faire héler : « James-Dean reviens ici, tout de suite ! » J’ai failli m’étrangler sur place.

J’en suis certaine, car le James-Dean s’est fait rabrouer à plusieurs reprises, il y a des parents qui ont appelé leur enfant James-Dean. A vrai dire, je ne sais pas comment ça s’écrit (j’ose pas dire s’orthographie), j’ai pas voulu demander à l’enseignante (la mère aurait pu être dans les environs), mais je vais enquêter, j’en appellerai peut être à Baptiste. Est ce que c’est possible d’appeler ainsi sa progéniture ? Et est ce qu’ils sont nombreux de par le monde, les garçons qui répondent au doux prénom de James-Dean, quelque soit l’orthographe ?

Je trouve ça dingue (oui je sais, faut bien que j’ai rien à foutre de mes journées pour trouver ça digne d’intérêt. Mais bordel, James Dean quoi.)

11 réponses sur “Ma grande enquête de la semaine”

  1. Mais attends, les stars le font ELLES d’appeler leurs progénitures « Marlon Brando Machin »… alors les bourrins en france doivent penser que c’est hype de filer le nom+prenom de sa star favorite. J’attends avec une impatience non contenue, les petit(e)s JustineBibeurre (et sa cousine katypayry) ou autre Christophe-maé…
    Et après on vient te faire chier parce que ton aîné s’appelle Gaspard ?

  2. mmmh… ne s’agirait-il pas du prénom « Chemsedinne » (orthographe incertaine) qui est en fait un prénom arabe?
    J’en ai aussi connu des Djezon que je surveillait lorsque j’étais animatrice dans le Nord! Un vivier de beaufs en tous genres.

  3. Moi je dis qu’il faut suivre James Dean, non pas à l’est d’Eden, mais jusqu’à son porte-manteau, là où doit y avoir son nom marqué en jolies lettres!

  4. Pas mal, j’avais entendu Et vu Merline
    ben oui comme Merline Monroe … 🙂 bises

  5. @ Vaness : et attends, on m’a aussi emmerdé parce que j’avais envie d’appeler la Dauphine Simone. Céti pas joli ?

    @ Yeta : oui je connais, ma maman est algérienne. Mais là nan c’est bien James-Dean. Par contre faut que j’aille effectivement faire une vérif porte manteau comme le suggère Little D.

    @ Mme B : 😀

  6. Ah ben y a même une « star » qui s’appelle comme ça.
    La chanteur des Manic Street Preachers s’appelle James Dean Bradfield, on pourrait dire que ce sont deux prénoms, mais je crois que ses parents l’ont vraiment appelé comme ça à cause de l’acteur.

  7. Plus de 7% des enfants portent un prénom qui n’a été donné qu’à eux-même (ou à un seul autre) la même année. Ca fait plus d’une naissance sur 15. Dans le tas, il doit bien y avoir un James-Dean, un Chamse-Dean ou un James-Eddine. L’imagination est sans limite.
    (Il n’y a guère que Titeuf qui soit interdit, aujourd’hui. Même Anakin passe sans problème. http://coulmont.com/blog/2011/01/17/l-affaire-titeuf/ )

  8. L’Epoux a-t-il acquis lui aussi ses lettres de noblesse auprès de ses pairs pères ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.