Et ma queue dans ta bouche (connard) ?

Voilà, je le savais, fallait que j’arrête les infos. C’était prémonitoire tout ça ….

En bonne française moyenne, je suis passée par toutes les sentiments habituels face à ce genre d’évènements extra-ordinaires. L’incrédulité. La sidération. Le besoin de comprendre / de savoir. Etc. Je n’ai pas de vie sociale trépidante en ce moment (entendre, je n’ai personne avec qui converser à la machine à café de l’état du monde), mais Twitter remplit bien son rôle de conversations de comptoir et de caisse de résonance. Depuis dimanche je me suis abstenue de tout commentaire de l’Affaire, en dehors de la retranscription d’une phrase culte de la Reine Mère (« DSK, c’est comme les melons, il pourrit par la queue »). J’ai lu, regardé, écouté.

Jusqu’à la nausée.

Nausée provoquée par cette dérive machiste incompréhensible pour moi (mais facilement explicable par la domination masculine dans le monde politique et même dans une partie des médias), qui a fini par faire déborder le vase de l’acceptabilité de la connerie.

Au rang de ces énormités inadmissibles :

:: la défense de BHL de son ami de 30 ans,

:: la sortie de JF Kahn (un troussage domestique, non mais sans déconner les gens),

et il y en a eu pléthore d’autres. Distillées avec plus ou moins d’aplomb. Mais toutes stupéfiantes à entendre.

Phallocratie de merde.

Plusieurs personnes, majoritairement des femmes (comme de par hasard), se sont élevées pour siffler la fin de la récré et distribuer les cartons rouges :

:: Titiou Lecoq sur Slate,

:: Olympe, sur son blog et en référence à Rue 89,

:: Valérie sur son blog,

Ca me fait doucement rigoler les articles où les journalistes politiques viennent battre leur coulpe, comme si nous voulions TOUT savoir de la vie sexuelle de nos élus. Comme si c’était cela la question essentielle en l’état. Faux débat. J’en avais rien à cirer que DSK soit un coureur de jupons relou, ça n’influait pas sur mon opinion sur l’homme politique (à part un peu de compassion pour Anne Sinclair). Qu’il ait pu VIOLER une femme est une toute autre affaire.

Il y a quelque part une fille de mon âge à qui un homme a forcé à prendre sa queue dans sa bouche. C’est ce qu’elle dit avoir vécu, et c’est ce qui doit être vérifié, et il faudrait juste prendre la mesure de la violence, du viol qu’elle a subi, si cela est confirmé. Que cet homme soit un puissant ne le dédouane pas (certains diront même au contraire, mais je ne suis pas d’accord), et il s’agirait avant de se porter à son secours de conserver un minimum de décence pour la victime.

Bordel.

22 réponses sur “Et ma queue dans ta bouche (connard) ?”

  1. Depuis Washington DC ou mes voisins m’interpellent et me demandent ce que je pense de l’affaire, je tiens le meme discours que le tien.
    Il faut en finir avec le droit de cuissage des hommes politiques francais. Et l’on s’appretait peut-etre a l’elire comme President de la Republique, ce dinosaure de la politique. Il est grand tps que l’on elise une femme a la tete de notre pays (not Marine of course).

  2. Et meeeeerde…


    Pour une fois que je pensais peut-être voter à gauche…

  3. Au passage, il n’y a qu’en France où on entend ce type de questionnement sur la phallocratie…
    Ici aux US, en synthèse, c’est un vieux porc vicelard et dégueulasse qui a violé une petite travailleuse qui ramasse les draps sales et nettoie les cuvettes des toilettes (sic)… En gros, le procès, ça va être Cendrillon vs. Godzilla, et Godzilla va se faire maraver la gueule comme jamais. (Et en entreligne: ça donnera une bonne leçons aux français qui ne veulent pas nous renvoyer Polanski qui a drogué et sodomisé une fillette de 13 ans).

    Purée, pour qui je vais voter maintenant moi…

  4. Comme d’hab’, un moment de lecture salutaire. Merci, vraiment ! Ca fait mille posts que j’ai envie de laisser un commentaire pour dire à quel point je suis d’accord et à quel point j’apprécie ces prises de positions (notamment sur l’allaitement que j’ai pratiqué jusqu’à 14 mois pour le petit dernier et pas du tout pour l’ainé ; et j’ai envoyé le lien de ton blog à une amie très chère dont je savais qu’elle allait savourer ce qu’elle y trouverait… Et elle a aimé… Et aussi pour le nom de famille et le mariage)
    Bref, j’ai trop attendu et je n’ai plus les mots ! Mais merci…

  5. A mon tour également de laisser un commentaire (depuis le temps que je te lis et que j’ai envie de le faire !) parce que ça fait du bien de lire des propos sensés sur cette affaire ! Tout ce que j’entends ces jours-ci me désole. Et me fait repenser à ce dimanche d’aout l’année dernière où un homme m’a suivie jusque devant chez moi avant de m’agripper violemment la poitrine et de s’enfuir avec un petit sourire pervers… Lorsque je suis allée déposer plainte, le policier qui m’a reçue, m’a regardé d’un air de dire « ah ? C’est tout ?! ». Las, oui ! C’est tout, il ne m’a pas collé sa queue dans la bouche, c vrai, désolée ! Et pourtant je n’ai pas pu sortir de chez moi pendant plusieurs jours et aujourd’hui encore, je me retourne systématiquement lorsque j’entends qq’un arriver derrière moi… Alors, si ce qu’elle dit est vrai, je n’ose même pas imaginer ce que doit ressentir cette femme en ce moment. Et comment entendre toutes ces conneries sur l’affaire doit l’enfoncer un peu plus…
    Merci pour ce billet d’humeur Sasa ! Et désolée pour la longueur… On a qu’à dire que ça vaut pour tous les com que je n’ai pas laissé avant, hein ?! 😉

  6. Petite précision pour que mon commentaire ne soit pas mal interprété : je ne cherche évidemment pas à comparer mon « trauma » à celui de cette femme mais dire combien je suis peinée de constater que les atteintes à l’intégrité physique des femmes sont bien souvent banalisées lorsqu’il ne s’agit pas d’un viol « à proprement parler »… Bon voila, c tout cette fois !

  7. yeah!!!
    Je pense tout comme toi, je ne décolère pas depuis une semaine à l’écoute de tous ces propos odieux…
    je pense à toutes ces femmes victimes d’un jour et qui se sentent « coupables » pour toujours.
    je vomis tous ces types qui, à longueur de temps, d’émissions, osent nous donner des leçons de vie ; défendant la veuve Irakienne, l’orphelin Afghan, dénonçant le taré Elyséen, le racisme des uns, l’antisémitisme des autres, le fascisme de leurs concitoyens et qui là peuvent sans vergogne tenir des propos du niveau « point de détail », ils sont abjectes, méprisants, méprisables…

    Dans ce concert de crétinerie, j’en viens à saluer (incroyable !!!) Clémentine Autain pour toute son œuvre dans cette affaire et Gisèle Halimi :
    http://www.leparisien.fr/dsk-la-chute/affaire-dsk-pour-gisele-halimi-le-respect-des-femmes-doit-prevaloir-18-05-2011-1455030.php

    @Gaëlle : la petite précision était inutile… 😉

  8. Tiens je t’ai taggué dans une chaine de blogs sur la fin du monde
    ps sur ton billet il ne faudrait pas non plus assimiler toute défense de DSK à un horrible machisme. La plupart n’ont pas dérapé. Attendons de voir ce que va dire la justice.

  9. et puis un autre exemple à l’instant même:
    la présentatrice de « 66 minutes » (M6) annonce le contenu de l’émission (en direct aujourd’hui): « … et puis vous saurez tout sur LA femme qui a fait tomber DSK » !

    que dire? ……………………………………………………………..
    comment est-ce possible? …………………………………………
    🙁

  10. c’est à en avoir la nausée … cf les détectives qui vont aller jusqu’en Guinée pour décortiquer la moindre petite minute de la vie de cette femme
    et bien l’autre partie n’a qu’à faire pareil du côté de la vie de DSK …
    et l’arroseur sera probablement très arrosé lui-même…

  11. Je suis un homme et je suis en parfaite adéquation avec ta position ! Relation sexuelle entre adultes consentants sans contrainte ! OK sous toutes les combinaisons ! Par contrainte et violence (attouchement, agression, viol) = soumis à condamnation suivant la loi !

  12. Aaaaaaaaaaah je l’attendais ce billet et franchement il contient tout ce que je pense. Je voulais juste rajouter deux petite choses :

    1- Ça me désole d’entendre les personnes politiques et les journaliste parler pudiquement « d’un petit problème avec les femmes ». Ils essayent de paraître mesurés en utilisant cette expression. Mais personne ne tilte que cela signifie que DSK a un problème avec 50% de la population. Gênant pour un élu et gênant pour les journalistes de ne pas réaliser qu’ils parlent de la moitié de l’humanité.

    2- Saluons Aurélie Filippetti (tiens comme par hasard une victime de viol si je me souviens bien) qui seule a réussi le délicat exercice de ne pas lâcher un ami et soutenir sa victime.

  13. Je parcours ce blog, et je constate que la reine mere est un sacre personnage. Un almanach avec une citation du jour peut etre ?

  14. Au regard de ce qui est sorti aujourd’hui, pas sur finalement que toute cette affaire soit un grand pas en avant pour la cause feminine… Ca me semblerait meme plutot contre productif… J’espere que tu vas nous pondre un petit post intitule « et ma main dans ta gueule, connasse »…

  15. euuh pas tout à fait sûr, Raymond

    tout n’est pas clair encore, c’est vrai,
    mais pour l’instant cela me donne plutôt envie de dire que si la présumée victime n’est pas irréprochable (dans le passé proche ou bien plus lointain, puisqu’il y aura toujours assez de gens/enquêteurs pour aller fouiller au fin fond de ta vie et utiliser toute trace pour essayer démonter les accusations) et bien, elle aura bien du mal à faire reconnaître son agression … et pour moi c’est une porte ouverte à tous les agresseurs et c’est une grosse claque pour toutes les victimes

    je ne défends ni l’un, ni l’autre … ce sont juste quelques réflexions et questionnements
    car de l’autre côté, si l’agresseur présumé n’est pas irréprochable non plus, cela ne fait pas de lui un coupable à chaque fois

    le tout me laisse comme un arrière goût quand même (si je puis dire) …
    et je ne peux m’empêcher de penser que quand le présumé agresseur/violeur n’a pas la notoriété et l’argent nécessaires pour prouver son innocence, et bien il est bien possible qu’il ne sorte pas libre/acquitté d’un tel procès

    en tout ce n’est pas encore assez clair, qui, quoi, comment?
    mais relation il y a eu

    et finalement, quoi qu’il en soit, d’une manière ou d’une autre (acte consenti ou forcé), une personne restera toujours victime dans cette histoire (elle l’était déjà bien auparavant) et je n’arrive pas à comprendre qu’elle ne s’enfuie pas à grande vitesse
    mais ça c’est un autre débat, je sais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.