(36) chandelles & beaux garçons

Les semaines passent à toute vitesse. Point de scoop, je m’y attendais, ça ce confirme. Deux nains, c’est deux fois plus de temps à leur consacrer ou presque, et deux fois moins de temps pour toi. Dure équation avec laquelle il faut composer, essayer de tout caser dans les journées, les contraintes, le nécessaire, l’accessoire (les cailloux, le sable, toussa). Ça fait sérieusement réfléchir au passage sur mes velléités initiales de famille nombreuse (je me voyais bien avec 3 ou 4 nains à la base).

Cette semaine, il a pas mal été question de chandelles. Et de beaux garçons.

Lundi rentrée de l’Héritier en moyenne section. C’est quasiment la routine. Les copains qu’on retrouve, la nouvelle maîtresse mais qu’on connaissait déjà (à la chorale), les locaux familiers (mais une classe « de grand », à l’étage), tout roule. Je lui serre la main un peu fort en le quittant, mais clairement, il en a pas grand chose à faire (et moi je pleure MEME PAS). Ca grandit ça grandit.

rentree

Mardi séminaire de rentrée à la feurme. Pour l’occasion, chouette domaine viticole réservé dans le Beaujolais, le matin on phosphore (9 groupes de travail, 3 idées, 1 plan d’action, la routine), l’après midi on se lance dans des activités « sportives ». Gros défi entre filles au baby foot humain (oué, c’est le truc en dessous là).

babyfoot

Premier engagement, ma potesse essaye de faire une tête, elle s’enroule et bascule autour de la barre, et tombe sur la tête de tout son poids. Aie. Elle voit 36 chandelles. Fin du match. Pompiers (4, coucou les garçons). Et on finit l’après midi aux urgences de Villefranche. L’accident du travail le plus classieux de l’année.

Mercredi et jeudi, de retour à Paris aux affaires. Le RER A, l’horreur. Un déjeuner bien cool au nouveau restau de l’Opéra, mis à part ces petites serveuses honteusement jeunes et bonasses, qui te servent un plat de poisson à 35 euros en faisant le museau (mais avec leurs seins – ronds et fermes – bien en avant). Soirée en tête à tête avec une vieille loute (coucou Moumou), pour piaillage ascendant daubing. Au retour, j’indique au taxi ma destination, Hôtel Thérèse, dans la rue du même nom. Le chauffeur me lâche : « rue Thérèse, vous allez pas plutôt aux Chandelles ? » / « C’est quoi les Chandelles ? » / « Un club échangiste. » Un ange passe. J’ai donc une gueule à fréquenter les clubs échangistes. ET à ne pas l’assumer. Nonmého. (Mais quand Agnès enquête sur le sujet, ça donne pas vraiment envie à vrai dire.)

Vendredi. Joie du 4/5ème, Gagner moins pour travailler moins certes, mais avoir un tout petit plus de temps à soi. Nouvelle Zélande / Tonga. La Coupe du Monde de Rugby 2011 peut commencer, on va faire son marché.

Première prise de choix, Sonny Bill Williams, un Black.

(Miam non ?.)

(Je vous en proposerais d’autres, on a 1 mois 1/2 de matches devant nous, YOUHOU.)

4 réponses sur “(36) chandelles & beaux garçons”

  1. très bon choix…

    je crois que je t’ai déjà envoyé celle de lièvremont torse nu…
    il faut en profiter avant qu’il arrête son poste d’entraineur 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.