It’s Sasa, bitch.

Pour subir quelques examens médicaux UN POIL pénibles cette semaine (je me permettrais de vous épargner les détails, mais croyez moi sur parole, j’ai pris CHER), je m’étais faite une petite play list de gonzesses bien burnées. De celles qui ont pas froid aux yeux (ni ailleurs), et regardent arriver les épreuves bien en face.

Ahem.

Je peux vous dire que celle là, je l’avais un poil sous estimée, l’épreuve de la grande aiguille, sa mère la travailleuse du sexe.)

Dans ma play list donc, j’avais entre autres, La Grande Sophie. Et Claire Denamur, que j’aime d’amour.

Alors du courage, au final, j’en ai eu (un peu), j’ai serré les dents, toussa. Mais c’était sans compter sur les dommages collatéraux des dits examens, qui de fait m’ont réduite à l’état larvaire. A titre d’illustration, j’ai écouté le débat Hollande / Aubry allongée sur le ventre, donc dos à la télé, pour m’endormir environ 10 minutes après le démarrage des hostilités. L’infirmier de nuit, charmant, m’a remis d’équerre bien longtemps après la fin de l’émission, rapport au fait que j’étais allongée sur la perfusion et que le goutte à goutte faisait bip bip (ça passait pas quoi). La classe.

Peu de grands enseignements à tirer de ces quatre jours à l’hôpital. Les odeurs prégnantes de propre industriel et de médicament. La bétadine. Les haricots. Les vieux partout. Le personnel para médical qui te traite comme une demeurée. Le personnel médical qui te consacre si peu de temps. C’est en fait plus rigolo d’y être pour un accouchement (déjà tu sors avec un beau bébé plutôt que des prélèvements et des céphalées vomitives), surtout que j’ai découvert qu’il existait plus douloureux que la péridurale et les contractions (si si).

Juste une belle leçon de vie (spéciale dédicace à la Fille aux Craies), que je tiens à vous faire partager, vous qui connaissez mes goûts musicaux exquis (et très sûrs). Parce que finalement, du courage, celle qui m’en a donné le plus, c’est Britney.

(Si si.)

(Je suis irrécupérable, cherchez pas, vous avez cru avec la Grande Sophie et Claire Denamur que j’étais un peu sorti de mon caniveau musical, mais y’a RIEN à faire.)

Show must go on, dimanche on lève ses petites fesses et on vote MARTINE AUBRY, et roule ma poule.

(Merci à tous ceux qui ont pris des nouvelles, se sont inquiétés, tout ça, c’était de jolies attentions, elles me sont allées droit au coeur, c’était très chouette. Je m’étends pas plus parce que des larmes perpendiculaires à mon corps vont jaillir comme dans le Collège Fou Fou Fou, mais voilà, vous avez compris hein.)

8 réponses sur “It’s Sasa, bitch.”

  1. 2011 est vraiment une année pourrie quand même.
    Je réitère mes bisous pour la peine (et je passerai pudiquement sous silence, tes goûts musicaux, fidèles à eux-mêmes :D)

  2. Ah oui la, niveau musique on peut plus rien faire pour toi, mais je dois bien avouer que depuis que ma pré ado de fille c’est mise à britney, il m’arrive de chanter « my prerogative ». Sur cet aveu, je vais me cacher en te souhaitant un bon rétablissement.

  3. Britney c’est une super référence culture 😉

    A par ça tout plein de courage en attendant les bonnes nouvelles. Repose toi bien.

  4. Je suis contente de te lire ici et contente aussi de voir qu’on partage des goûts musicaux de chiotte (pas spécialement de Britney pour moi mais pas mieux).

  5. Salut Sasa!

    Je lis ton blog depuis un certain temps de façon plus ou moins assidue, plus ou moins en diagonal mais toujours avec le sourire parce que le ton y est toujours sympathique, chouette, vif … Bon, voilà, je l’aime bien ce blog!

    Du coup toi aussi, j’t’aime bien à travers cet écran et tes mots et donc inévitablement, j’ai le coeur tout serré de savoir que tu n’es pas pas bien …

    Bon, dans tous les cas, je te souhaite un très bon rétablissement …. Tiens nous au jus … si tu veux ! si tu peux!

    Ciao Bella,
    Marion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.