Quelques instants(gram) de ma semaine #28

Ca y est, la rentrée est faite et bien faite. Et on l’a senti passer, la pute.

Dès le lundi coup de chaud, m’étant rendu compte le 2 au soir (le vieux coup de panique à 23h30) que mon vaccin de la fièvre jaune (pour partir en Guyane le 14) était périmé.

Et qu’il faut être vacciné 10 jours avant le départ (si si, c’est obligatoire).

Arf.

On a rattrapé cela à l’arrache, ça m’a bien remis dans le bain aussi, la petite piquouse du lundi tiens.

Mardi, la rentrée des classes a eu pour le grand en grande section, sans trop de heurts, et sans grande nouveauté (c’est plutôt le CP qui va me déprimer, je le sens), en dehors de la cantine (« faut tout manger ? ouiiiiiiii / même les trucs pas bons ? ouiiiiiiiii chéri »)

(Accessoirement je pense que la frangine était moyennement ravie de se séparer de son souffre douleur favori, c’était chou.)

Au bureau, on a repris les bonnes habitudes, on a fait le salut au soleil à Monsieur Septembre.

(Merci de penser à m’envoyer vos calendriers à oilpé pour 2013 les amis …)

Mercredi soir, changement de décor, j’ai migré pour 2 jours en Normandie, à Caen, petite bourgade ma foi fort accueillante.

J’ai passé deux jours en salle Erignac (99% des salles de réunion en Préfecture s’appellent Erignac, selon une statistique personnelle).

En deux jours, j’ai animé 4 groupes de travail, 10 sous groupes, produit des dizaines d’analyses AFOM, bref brassé brassé du vent de la politique publique dans tous les sens, avec 120 participants sur les deux journées.

Dans cet océan de chiffres et données, on est tout de même allés retrouver l’océan, le vrai, à Houlgate (j’ai motivé mes petits collaborateurs, une bonne séance de team bulding au restau, c’est ma spécialité : on mange bien, on daube et casse du sucre sur les collègues tout en buvant du bon vin, c’est parfait). C’est très très joli la côte normande (comme je ne suis pas parisienne, j’ai rarement eu l’occasion de passer le WE à Deauville ou Honfleur, c’était une grande première). Et on y mange des fruits de mer à tomber.

Ca consolerait presque de la solitude des nuits d’hôtels loin des siens (presque).

(La photo ci dessous est garantie sans filtre.)

Bon par contre, le vendredi soir, à l’arrivée, j’étais au bout du rollmops.

Le WE, j’ai été donc tel Ulysse, après un (court) voyage, heureuse de retourner au bercail, retrouver la douceur de son foyer (et les 4 machines de linge de retard à faire tourner, non je règle pas mes comptes ménagers du tout).

La Dauphine m’a bien collé la teuhon en soirée, en faisant la démonstration publique de son addiction ….. au balai (c’est plus fort qu’elle, dès qu’elle en croise un, il faut qu’elle le passe). J’ai parfois du mal à croire que cette Cosette à bouclettes est sortie de mon ventre (pourtant j’en ai un souvenir assez précis).

D’ailleurs, en plus de sa manie de la balayette, elle est aussi très attachée à la promenade en poussettes de ses poupées et bébés …

Mon éducation post féministe est un GROS FOUR, je le réalise bien.

Dimanche, on a profité de l’espèce d’été indien (un bon 30° quoi) qui régnait sur Lyon et sa proche banlieue pour se faire un pique-nique, c’était presque encore les vacances ….

Bonne semaine les vilains !

2 réponses sur “Quelques instants(gram) de ma semaine #28”

  1. Allô Sasa, trop étrange, la nuit dernière j’ai rêvé à vous, particulièrement à la Dauphine qui a apparu seule, à côté de moi, dans une ligne d’attente, et que j’ai reconnue. Je l’ai ensuite aidée à vous retrouver et il se révélait que vous étiez à l’hôtel à Montréal, où j’habite… Étrange!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.