Et HOP !

(Si tu as compris de quoi j’allais parler dès le titre de ce post, c’est que toi aussi tu es né avant 1980, et je t’en félicite chaudement. Dans mes bras, brother / sister.)

Je regarde aujourd’hui assez peu la télévision (en vrai c’est l’Epoux qui se pose en grand régulateur, quand il n’est pas là ou quand je suis à l’hôtel, je me GAVE), mais j’ai longtemps été, avec mes frères et soeurs, une sacrée fille de pub. Oué. On faisait des concours entre nous pendant les pages de pub, c’était à celui qui devinerait le plus vite quelle était la marque. Comme j’ai 4 ans de plus que ma soeur et 6 de plus que mon frère, le combat était quelque peu inégal, puisque pendant quelques années j’ai pu LIRE avant eux les dites marques.

Las, je n’ai donc plus l’occasion de regarder autant la petite lucarne (je perds déjà assez de temps comme cela sur les blogs), et surtout je trouve les pubs vachement moins créatives et rigolotes que celles qui passaient dans les années 80′. C’est ce dont je me suis souvenu samedi dernier, alors que j’étais égarée dans les allées de Leroy Merlin, poussant mon chariot et l’Héritier à l’intérieur, à la recherche de dalles en PVC pour garnir mon futur dressing de 9 m².

C’est fou le choix que tu as en matière de dalles PVC (AKA du « lino »). De 2 € / m² à 27 € / m², imitation bois, grands ou petits carreaux, de 10 à 30 mm d’épaisseur, autoadhésives ou pas, coloris à l’infini, tout un monde merveilleux s’offrait à moi.

Une poule devant une poêle Tefal.

Mon salut face à ces choix cornéliens (je sentais le chargé de clientèle que j’avais réquisitionné pour m’aider à mettre les 9 m² de dalles dans mon chariot – manquerait plus que j’accouche à Leroy Merlin parce que je porte des charges trop lourdes –  légèrement impatient face à mon air hagard), je l’ai alors du à une réminiscence pubesque, une grosse madeleine de Proust en tête de gondole : les dalles GERFLOR.

Et HOP !

Si comme moi vous aviez 8 ans en 1986 (quand je pense que ce matin encore, j’ai reçu des CV de jeunes blancs becs NéS en 1986, j’en ai encore des frissons d’angoisse) et que votre domicile était équipé du tube cathodique, vous vous souvenez nécessairement de cette pub mythique, pour les dalles auto-adhésives Gerflor.

Dans celle-ci, celui qui allait devenir le Président de Groland, Christophe Salengro, testait l’adhérence des dalles Gerflor, sur sa bite, et c’était très très rigolo (oui, à 8 ans ça m’a fait rire, et à 32 ans AUSSI). D’autres s’y sont collés (ah ah) après lui, mais c’est bien lui que j’avais gardé en mémoire.

Toujours est-il qu’une fois que j’ai découvert ces dalles là (les plus chères, of course), je n’en ai pas voulu d’autres. On peut dire que pour une campagne de pub qui a l’époque (si j’ai bien compris) était faite avec des bouts de chandelle, le ROI est maximum. En tous cas, je pense que désormais, à chaque fois que j’entrerais dans mon dressing de reine, je m’écrierais forcément « Et HOP ! »

(Ceci est donc une dalle de dressing, Moka, de chez Gerflor, 27 € le m², parce qu’elle le vaut bien, en format 60 x 60 cm. Je sais, ma vie est PASSIONNANTE actuellement.)

(Reste à savoir QUAND le dit dressing, et les quelques autres pièces LEGEREMENT impactées par les travaux, seront accessibles et vivables. Je prie pour fin janvier, mais l’espoir est mince.)