L’hygiéniste

(Rien à voir avec l’Aliéniste.)

Je suis une feignasse, et je n’ai à ce jour toujours pas lu un bouquin sur l’éducation des gnomes.

Je continue de l’éduquer (un bien grand mot) au jour le jour, avec assez peu de recul sur ce que je fais de bien ou de mal, sans autre référence que mon propre vécu, ce que je vois autour de moi, et quelques principes de base que je soutire à ma charmante pédiatre (et l’avis de l’Epoux accessoirement). Du coup, j’ai déjà eu des surprises, apprennant par exemple au détour d’un post que ça ne se faisait pas, d’embrasser ses enfants sur la bouche (j’essaie d’arrêter actuellement). Et il m’en réserve tous les jours des nouvelles.

A titre d’exemple, ces temps-ci (il a 17 mois) l’Héritier est en pleine découverte de son zguègue (bien qu’étant donné que c’est un gars, je pense que la phase de découverte va bien durer encore ….. 75 / 80 ans, non ?). Je suis assez surprise par la propension qu’il a à tirer dessus, comme s’il voulait l’aggrandir (on dirait son père), notamment dans son bain (une des rares occasions de la journée de se ballader le tuyau à l’air libre, il est vrai). J’essaie de mon côté de prendre un air dégagé et confiant, et de traiter cette partie de son anatomie comme toute autre partie de son corps. Ahem.

Du coup, je crois qu’on s’est un peu emmelés les pinceaux, lui et moi.

L’autre soir, je demandais à l’Héritier de bien vouloir lever son petit derrière du fond de la baignoire, histoire de lui savonner son intimité. Je lui dit « Allez, debout, je vais laver ton petit tuyau ».

Là, il se lève (biiiiien, obéissant l’enfant, bieeeen), chope … une brosse à dents, et se frotte énergiquement les roubignoles avec. Puis me tend la dite brosse à dents, tout sourire, en me disant « Dents ! »

Voui voui voui.

J’envisage plusieurs options.

a. ll pense que ses dents ou son zizi, c’est pareil. C’est inquiétant.

b. Il est maso, et prends un plaisir pervers à s’astiquer les boules avec une brosse. C’est angoissant.

c. Il a chopé une maladie génitale, et c’est le seul truc qui le soulage. C’est flippant.

d. En fait je ne suis pas au courant, mais l’Epoux fait la même chose, et ce pauvre petit ne fait que singer ce qu’il a vu ailleurs. C’est pas con tiens comme explication.

Bah, l’un dans l’autre, m’en fous, c’était la brosse à dents de l’Epoux 😀

Ma bouche n’est qu’un infââââme égout putride

Bon, d’accord, il a pas dit ça comme ça, mais j’ai bien vu à son oeil navré penché au-dessus de ma bouche que l’heure était grave.

Le bon docteur Thierry C. a très exactement dit  : « vous avez attendu juste assez pour que la situation soit catastrophique« .

Beeeeeeuuuuuuuuuuaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah.

Là, il m’a dévitalisé la moitié d’une quenotte (après m’avoir anesthésié A DONF tout le bas de la bouche, à ma demande expresse), et j’en ai pris pour encore trois séances de torture de rabibochage de mes chicots pourris.

Je suis bien punie.

Et j’ai maaaaal.

Mais mal.