Speed dating for job

Comme vous le savez, au taff, je suis indispensable de tous les plans looze. Là j’ai accepté de faire passer des entretiens pour des aspirants stagiaires issus de grandes écoles. C’est en mode collectif, session d’accueil, ils sont 50, ils passent des tests (maths, personnalité, …) dans tous les sens, plus des entretiens individuels (dont avec ma pomme).

Je vous ai déjà raconté mes petites divergences de vue avec les méthodes de recrutement actuelles ( et ), hé bien laissez moi vous dire que la tendance 2010 est loin d’aller dans mon sens.

Je ne résiste pas au plaisir de vous restituer quelques uns des rappels des instructions qui m’ont été faits par écrit.

« Restez positivement neutre vis à vis du candidat »

OK. Positivement neutre. J’ai pas compris. J’ai pas le droit de dauber, OK.

Pas le droit non plus de m’extasier, ou alors de manière neutre ?

« Le cocktail n’est pas une formalité : il fait partie de l’aspect séduction et image de marque »

OK. Ca tombe bien, j’ai fait péter la robe honteusement courte de Comptoirs des Cotonniers (en fait, je crois que j’ai un trop gros … postérieur pour les modèles de cette marque, n’importe quelle robe d’une longueur tout à fait normale se transforme en appel au viol sur moi) (mais j’ai eu moins 40% dessus) et les talons aiguilles. Ca va saigner.

Allez-y monsieur, prennez place, et présentez moi vos 3 qualités et 3 défauts principaux et calculez moi le BFR de cette petite société de sous traitance automobile. On va vachement rigoler. Oh oui.

(J’en suis fatiguée par avance, 1 toutes les 25 minutes, bonjour le rythme.)

Breaking news : faut que j’arrête de me plaindre d’avoir un gros boule (ou alors me mettre au sport, ok), il paraît que de toutes manières c’est bon pour la santé. Youhou !