Cry me a river

J’ai un rapport assez ambivalent à la période des fêtes de fin d’année. Et c’est un euphémisme.

Malgré une absence totale de sensibilité chrétienne chez nous, j’ai toujours eu le droit étant enfant à des Noël dignement fêtés, notamment dans la famille de mon père. J’ai donc de nombreux souvenirs heureux et colorés de ces périodes, où l’on se retrouvait autour de ma grand-mère paternelle à Nantes, pour fêter le 24 décembre au soir Noël avec mes parents, frère et soeur, cousins, oncle et tante et mon grand-père. La famille n’était pas très étendue, mais le rituel immuable me rassurait et me confortait, les années passant.

La mise en place du sapin et de ses décorations (toujours les mêmes, tous les ans). L’apéritif au champagne pour les grands, avec plein de canapés (oui, je suis par mon père issue d’une certaine bourgeoisie provinciale) que l’on essayait de bouloter le plus discrètement possible en grand nombre. Le repas de fête (toujours le même aussi : huîtres, foie gras, saumon, chapon aux marrons et aux airelles, bûche glacée). L’ouverture des cadeaux, à minuit. Les déceptions et les bonnes surprises. Mon grand-père qui brûlait dans le feu de la cheminée les papiers cadeaux au fur et à mesure. Les tests infructueux sur les jeux (y’a pas les piles dedans ! les salauds !) Les restes à manger ensuite pendant plusieurs jours.

Quand ma grand-mère est morte, nous avons maitenu la tradition, principalement pour mon grand-père. Mais en l’absence (cruelle les premières années) de celle qui l’animait et pour qui le symbole était important, le rendez-vous a vite perdu de son charme. Au final, tout comme le 31 décembre représente pour beaucoup un repoussoir (la chouille à date fixe, c’est vrai que c’est un peu l’angoisse), Noël était devenu le passage obligé dont on se serait finalement bien passé.

Depuis la naissance de l’Héritier, la célébration a regagné un supplément d’âme. Même si l’année dernière j’ai failli l’étouffer le soir du 24 décembre (en le couchant avec son bonnet de Noël !), j’ai envie que pour lui aussi, dorénavant, ça devienne de jolis moments de partage avec ses proches, comme ça le fut pour moi pendant longtemps.

Hélàs, j’ai déjà du mal à jouer le jeu. Car aujourd’hui je ne peux me soustraire à ce qui m’échappait complétement étant enfant : Noël est avant tout une bonne affaire commerciale. Et même si je suis pourtant une consommatrice relativement moutonnière, je ne peux pas m’empêcher d’avoir la nausée à partir de fin novembre / début décembre, dès lors que les commerçants déploient les sirènes hurlantes du Papa Noël.

Ce matin, j’étais au supermarché pour faire le gros rechargement bi-mensuel. C’est un pensum auquel nous nous soumettons alternativement, l’Epoux et moi, pour ne pas être comme tous les beaufs en famille chez Carrouf’ le samedi matin avec le caddie qui craque (et les enfants qui hurlent). Ca présente quelques menus inconvénients, notamment pour les étapes de chargement et de déchargement, mais au moins, pendant ce temps, y’en a un qui peut faire des choses plus épanouissantes (dans le cas de l’Epoux ce matin, cuver les 8 litres de bières de sa soirée entre potes d’hier soir). Cette visite fut encore plus éprouvante. 1 les rayons spécial Noël sont mis en place, et ça dégueule de partout, overdose de rouge, de doré et de paillettes cheap. 2 c’est la fin du mois / début de l’autre, la paie a du rentrer, et tout le monde était visiblement très désireux de la dépenser.

J’ai de plus en plus honte de ma notre capacité à sur-consommer. Je m’en dédouane régulièrement au travers de quelques actions charitables. Aujourd’hui, c’était la collecte pour la Banque Alimentaire. Mais que sont quelques paquets de café et de riz face à ces kilos et kilos de produits que l’on essaie de nous refourguer au moment des fêtes ? Cette année encore, ça m’a mis dans un état mi dépressif mi colérique, du plus bel effet.

Arrivée dans ma voiture, il y avait dans le lecteur CD le disque qui comporte la SEULE chanson au monde qui me fait pleurer systématiquement à chaque écoute. Ca n’a pas loupé.


Découvrez Bruce Springsteen!

LA chanson, c’est donc Bruce Springsteen, The River (ce qui vous permet aussi de comprendre le titre de cette note, qui est aussi une fine référence musicale). Elle est terrible non ?

Et surtout, de bonnes fêtes hein !

(Demain, si je suis de meilleure humeur, je vous parlerai du fan club que je compte ouvrir à la gloire de Thierry Neuvic.)

12 réponses sur “Cry me a river”

  1. Et ouais, mais pour les enfants, on ferais n’importe quoi. Moi, j’ai déjà fait mes cadeaux de Noël, incroyable. C’est la première année que je m’y met si tôt.

  2. J’aurais pu écrire tout ça moi-même (avec moins de talent) !
    Que ce soit au niveau des noëls d’antan, ou de l’envie de dég… qui me prend quand je vois cette fête du commerce !

  3. The River… Tu as très bon goût! 😉
    De toutes façons, comme le Schtroumf grincheux « j’aime pô Nowel »… et ses magasins qui dégueulent de bouffe et de lumières, peuplés d’hystériques affairés qui se jettent sur la marchandise comme des affamés de tous poils sur un convoi de vivres de la Croix Rouge…

  4. Ton texte me plait bcp, nostalgie et amertume, comme nos vies qui passent…

    Ben pour nous c’est idem que toi… mais cette année à 40 balais (l’age ou, çà passe ou çà…) tout est résolu…on s’est engueulé avec toute la famille pendant l’année, bon comme d’hab. certes, mais là cette année, basta, il font chier, noël c’est sans eux et pour les cadeaux des enfants un chèque par la poste pour ceux que çà amuseraient encore…

    Et pour le 31/12 çà fait déjà quelques années que c’est une bouteille de blanc un pot de foie gras, un dvd télé et à 11heures couché…mais là le pire c’est la « bonne année » à la con du premier…et surtout « bonne santé » hein….çà dégouline, je supporte plus…

  5. Même enfance manifestement. cool, bon souvenirs…
    Souviens toi :
    – Force & Honneur
    – Familly First

    + renforce ta capacité d’abstraction et tu passeras des bonnes fêtes.

    S

  6. Ah The River de Bruce Springsteen… un monument ! quel frisson au stade de france lors du dernier concert lorsqu’il a entamé l’intro… (ok et même une petite larme !!!).

    Même ambivalence pour les fêtes de fin d’année : à l’âge adulte, tout cela n’a plus la même magie mais dans le même temps, envie de faire vivre la féérie et le rêve à mon petit garçon…

    Sinon cette histoire de fan club de Thierry Neuvic m’interpelle au plus haut point bien sûr 😉

  7. Mmm, une petite larme sur Brce, le frisson, essaye de résister à la versin hwaïenne de « over the rainbow » si oui tu es vraiment sans coeur !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.